dimanche 13 janvier 2019

[Les Chroniques de MacKayla Lane] Fièvre d'ombres - Karen Marie Moning






"Rien n'est au-delà de mes capacités. Je suis tout.
Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n'êtes pas né. Vous ne vivez pas.
Je ne connais pas la peur. Que voulez-vous de moi ?
Ouvre les yeux. Vois-moi. Vois-toi.
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal. "
Conversation avec le Sinsar Dubh





MON AVIS

Bon... je suis carrément en retard sur la chronique de cette série. Vraiment: cela doit bien faire 5 mois que je l'ai lu. Mais encore aujourd'hui, les sensations qui me reviennent sont un sentiment de pure addiction et de jouissance absolue dans ce dernier tome.

Cette chronique va être complètement décousue et super rapide, je le sens... Désolée par avance ^^

Dans ce roman final, il y a: des révélations, des surprises, des réponses aux questions qu'on se posait depuis le début de la série et surtout des événements qu'on attendait avec impatience.

J'adore !! Mac est géniale, mature, pleine de force, de courage et ne baisse pas les bras. Barrons se révèle enfin et possède encore plus de charme si cela est possible. Pour rappel, Barrons n'était pas du tout mon kiff durant le premier tome... il était beaucoup trop caricatural, le cliché du mâle alpha, possessif, orgueilleux et dominateur qui ne lâche pas son bien, a toujours raison et fait figure d'autorité, sans aucune contestation.

J'en ai pris plein les yeux et c'est un final en beauté pour cette série. J'attends impatiemment pour me lancer dans la série de Dani. Dani qui est également bien présente dans ce tome, qui prend de la place et de l'importance et prépare le terrain pour la suite de sa saga où elle sera le personnage principal.

En bref, une série de bit-lit que je recommande chaudement, aux personnages bien développés qui évoluent et une mythologie qui ne cesse de s'enrichir.


Le ↗ : Tout ;)

Le  : /



MA NOTE



Dans la même série
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Fiève noire 
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Fièvre rouge
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Fièvre Faë
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Fièvre Fatale
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Fièvre d'ombres
[Les Chroniques de MacKayla Lane] - Barronfever (VO) (HS)
[Les Chroniques de Dani Mega O'Malley] - Iced
[Les Chroniques de Dani Mega O'Malley] - Burned
[Les Chroniques de Dani Mega O'Malley] - Fièvre née
[Les Chroniques de Dani Mega O'Malley] - Feversong (VO)


samedi 5 janvier 2019

[Martin Servaz] Nuit - Bernard Minier




Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne Cde la base off-shore. 
Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. 
L'absent s'appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié. 
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant. 
Au dos, juste un prénom : GUSTAV
Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.



MON AVIS

Cette enquête de Martin Servaz représentait pour moi l'affrontement final entre Martin Servaz et Julian Hirtman. Qui du chien de berger ou loup sanguinaire va l'emporter ?

Je voudrais déjà commencer par la couverture de Nuit de Bernard Minier. Admirez moi la beauté de cette image qui représente tellement bien le côté sombre de l'intrigue, l'aspect oppressant des ombres et le danger qui entoure les protagonistes. Je ne sais pas vous, mais j'ai toujours l'impression de voir le sourire du chat du Cheschire dans l'éclairage froid des phares de voiture. A frissonner.

L'intrigue de base, le retour de Julian Hirtman, est addictif. Adversaire retord, qui possède toujours 3 ou 5 coups d'avance, je me suis demandée ce qu'il réservait à ce pauvre Martin qui en a déjà bien bavé. 

L'arrivée étrange de Kirsten donne aussi le ton: ce roman sera dur et violent. Elle souffle aussi un vent de renouveau. Un nouveau personnage féminin, très différent d'Irène ou de Samira, venant d'un pays d'ailleurs, et surtout très difficile à cerner malgré les passages de son point de vue.

L'histoire est addictive: c'est un véritable page turner. J'ai dévoré ce roman de 600 pages en deux soirées seulement, sans rien sacrifier de mon sommeil. Chaque chapitre apporte son lot de surprises. Des choses que l'on attendait ne se produisent pas et d'autres se produisent.

Le seul bémol, c'est que certains ressorts ont déjà été utilisés et j'ai eu cette impression de déjà vu plusieurs fois dans le roman, ce qui était vraiment regrettable. *je lis peut-être trop de romans policiers et thriller* Cela a un peu gâché ma lecture et je le regrette... l'impression globale de ma lecture en a un peu pâti et j'ai préféré ces romans précédents

Par contre, le mystère est toujours aussi tordu, fort et complexe. L'oppression de la montagne et de la traque d'un serial killer est parfaitement retranscrite. J'adore.

La fin est un peu plus en demie teinte... J'aurais aimé en savoir encore plus sur certains personnages récurrents ou non. J'ai eu un sentiment de déception que je ne pourrais pas plus décrire mais qui vient sans doute des éléments que j'ai pu citer avant.

En bref, une fin correcte pour Martin Servaz et Julian Hirtman, même s'il me semble que Bernard Minier poursuit l'histoire de son enquêteur favori avec d'autres romans.


Le  : Une intrigue bien ficelée et le développement des personnages

Le  : Peut-être un peu long par moment


MA NOTE



Dans la même série
[Martin Servaz] Glacé
[Martin Servaz] Le Cercle
[Martin Servaz] N'éteins pas la lumière
[Martin Servaz] Nuit
[Martin Servaz] Soeurs

dimanche 23 décembre 2018

[Les Chevaliers des Highlands] La Vipère - Monica McCarthy





Édouard Ier d'Angleterre et Robert Bruce se disputent le trône d'Écosse. Décidé à prendre son rival de vitesse, Bruce fait mander la comtesse Isabella MacDuff qui, de par son lignage, détient le droit héréditaire de couronner les rois. Elle sera protégée par un de ses meilleurs mercenaires, Lachlan MacRuairi, surnommé la Vipère. En dépit de la méfiance que lui inspire cet ancien pirate, Isabella se sent indéniablement troublée par sa présence. Mais pourra-t-elle compter sur lui lorsque, tombée dans le guet-apens tendu par ses ennemis, elle sera condamnée au sort le plus funeste ?






MON AVIS

Aaahh La Vipère, également connu sous le nom de Lachlan MacRuairi, il s'agit du roman et du personnage que j'attendais avec impatience depuis l'introduction du personnage dans le premier volet de la saga. Qui se cache réellement derrière Lachlan MacRuairi ? J'en attendais tellement et je ne fus pas déçue. J'ai adoré cette lecture du début à la fin. Il a même relancé mon intérêt pour la saga entière.

Par où commencer ?

La pression et l'attente montent depuis le début autour de Lachlan, peu avenant et présenté comme un pirate sans foi ni loi, il est difficile de l'apprécier sous cette description. Pourtant, l'auteure instille le mystère autour de lui. Tout au long des trois premiers romans, il fait des apparences ici et là, lâche quelques phrases bourrues et parfois cruelles, créant l'attente.

L'histoire de Lachlan est réellement torturée. Tout comme celle de Bella, comtesse de Buchan, qui a osé défier le roi d'Angleterre et couronnée Robert De Bruce roi d'Ecosse. Leur rencontre est un véritable clash, deux personnalités fortes et fières se fracassant l'une contre l'autre. Deux personnages passionnés qui ne reculent devant rien pour atteindre leurs buts ou réaliser leurs devoirs.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman-ci particulièrement, c'est la complémentarité des deux protagonistes. L'un ne connaît que le profit, la seconde lutte pour ses idéaux. Ils sont tout deux blessés mais faits pour s'entraider et se reconstruire. Ce sentiment est presque physique tellement cela crève les yeux. Mais pour cela, ils devront chacun percer les défenses de l'autre.  Et ce n'est pas de la tarte...

Tout deux ont des passés lourds et difficiles. Leurs backstory sont très bien construites, prenantes et faites de secret qu'on a hâte de découvrir. Les ragots sont-ils vrais ? 

L'intrigue politique est moins présente à mon goût pour laisser la place à une vraie relation. Cependant l'action est bien présente et les retournements de situation s'enchaînent.

L'épilogue donne envie de se plonger immédiatement dans la suite de la saga avec frénésie. Un aperçu d'une fin qui s'annonce épique. Il s'agit clairement d'un de mes couples préférés. L'introduction en second plan des prochains protagonistes permet de mieux les connaître avant de suivre leurs histoires.

Comme d'habitude, j'ai beaucoup aimé à la fin la justification des choix des personnages par l'auteure.

En conclusion, un très bon tome. Ce fut un régal ! Monica McCarthy est une valeur en terme de romance historique. J'ai même relu le tome un, Le Chef, avec Tor MacLeod et Christina Fraser, que j'avais adoré !


Le  : Les personnages passionnés, une romance forte et le rappel historique à la fin

Le  : Mon impatience de lire la suite ;)



MA NOTE



Dans le même univers
[Les chevaliers des Highlands] Le Chef
[Les chevaliers des Highlands] Le Faucon
[Les chevaliers des Highlands] La Vigie
[Les chevaliers des Highlands] La Vipère
[Les chevaliers des Highlands] Le Saint
[Les chevaliers des Highlands] La Recrue
[Les chevaliers des Highlands] Le Chasseur
[Les chevaliers des Highlands] Le Brigand
[Les chevaliers des Highlands] La Flèche
[Les chevaliers des Highlands] Le Frappeur
[Les chevaliers des Highlands] Le Roc
[Les chevaliers des Highlands] Le Spectre
[Les chevaliers des Highlands] The Knight (HS) (VO)

lundi 10 décembre 2018

[Suspicion] L'Affaire Cendrillon - Mary Higgins Clark & Alafair Burke


Vingt ans se sont écoules depuis le jour fatal ou le corps de Susan a été retrouve dans un parc de Los Angeles. Avec un seul pied chaussé, la presse la surnomma vite "Cendrillon". Laurie Moran décide de rouvrir le dossier dans le cadre de son émission de télé sur les cold cases, les affaires jamais elucidees. Elle ne tarde pas a comprendre que les suspects sont nombreux, car Susan avait bien des talents. Cette jolie jeune fille était en passe de percer a Hollywood, et les suspects ne manquent pas dans le monde du cinéma. Etudiante brillante, elle travaillait aussi sur une technologie de pointe aux retombées financières alléchantes. Et son petit ami d'alors appartenait a une secte religieuse dirigée par un télévangéliste véreux... En suivant toutes les pistes, en interrogeant tous les gens qui avaient une raison d'en vouloir a Susan, Laurie Moran donne l'alerte au vrai coupable qui se croyait définitivement a l'abri. Pour ce tueur aux abois, il ne reste qu'une solution : faire subir a Laurie le même sort que celui autrefois réservé a Susan...


MON AVIS 

L'Affaire Cendrillon est le dernier thriller que j'ai eu l'occasion de lire. Je suis généralement assez emballée par les histoires proposées par Mary Higgins Clark, qui sont à la fois intrigantes et légères. Ce n'est jamais gore ou lourd, ce qui était parfait pour se détendre.

On suit Laurie Moran, productrice d'un concept TV plutôt original : suivre les proches d'une victime dont le meurtrier n'a jamais été découvert ou inculpé et dont le but serait d'élucider le crime en direct. TV, enquête et judiciaire se mêlent pour un mélange des plus intéressants.

L'idée de départ est donc bonne et c'est avec joie que je me suis lancée dans ce roman. Seulement, si l'intrigue commence assez vite, elle prend le temps de s'installer pendant environ 150 pages quand le roman fait 400 pages... C'est plutôt long ! Ça commence mal en fait.

Au fur et à mesure de ma lecture, je me suis également rendue compte, qu'il ne s'agissait pas d'un one shot mais d'une suite de série, d'où les rappels incessants sur ce qu'il avait pu se passer auparavant. La remise en contexte n'était pas franchement nécessaire. Je m'en serais remise avec un rappel unique et l'histoire aurait été compréhensible. Sauf que ces rappels interviennent à tout bout de champs, alourdissent la lecture sans apporter de réelles informations complémentaires.

Voila, j'ai fait le tour des aspects négatifs qui ont pris le pas sur l'ensemble de ma lecture... Le mystère est plutôt pas mal: TV, nouvelles technologies, sectes et passé se mêlent. Il est un peu difficile de démêler le vrai du faux. Pourtant j'ai tout de même trouvé que la résolution était un peu rapide et facile...

Je ne m'attarderais pas trop sur les personnages. Ils sont lisses et n'ont pas spécialement retenu mon attention.

En bref, un thriller tranquille, à lire quand on ne veut pas se prendre la tête. Je ne sais pas si je lirais le tome précédent, ou même la suite, à moins de tomber dessus par hasard, à la bibliothèque ou en brocante.


Le  : Une intrigue assez bien ficelée 

Le  : Long. Lent. 



MA NOTE




Dans la même série
[Suspicion] Le Bleu de tes yeux
[Suspicion] L'Affaire Cendrillon
[Suspicion] La mariée était en blanc
[Suspicion] Le Piège de la belle au bois dormant
[Suspicion] La Reine du bal

dimanche 2 décembre 2018

Le 5ème règne - Maxime Chattam




Ils auraient dû se méfier. 
Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy Harper, retrouvé étranglé près de la voie ferrée. 
Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu'il était encore temps. 
Et surtout... ne pas en tourner les pages.
À présent, Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, de nouveaux adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayant font leur apparition... Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l'humanité ?




MON AVIS

J'ai tout d'abord commencé Le 5ème règne en plein été. Et puis j'ai vite senti que ça n'allait pas le faire. Comme beaucoup de gens, je dors la fenêtre entre-ouverte pour faire entrer l'air frais la nuit, et pour lire ce roman, j'allais avoir besoin d'avoir les fenêtres fermées, barricadées à double tour, cachée sous une couette, aucune jambe ne dépensant, histoire que le monstre sous le lit ne la gobe pas !

L'ambiance est posée. 

Même au bout de 60 pages je sentais que ce roman allait me mettre mal à l'aise, à la limite de l'horreur et du cauchemar. Car la force de Maxime Chattam c'est d'imaginer des situations réelles teintées ésotérisme, de fantastique et d'étrange qui rendent cette part mystérieuse de la vie très réelle.

L'angoisse absolue.

Je l'ai donc reposé et l'ai repris début Septembre quand l'air s'est rafraîchit et les fenêtres se sont refermées. *#mavieestpassionnante*  Tout de suite, je me suis sentie plus en sécurité et plus à même de lutter contre l'Ogre de l'Est qui sévit dans la région d'Edgecombe.

J'ai été vraiment surprise par la tournure que prenait Le 5ème règne: thriller fantastique pleinement assumé, Maxime Chattam innove. Je le découvre dans un nouveau genre. J'avais été habituée aux histoires sombres, malveillantes et machiavélique *âme sensible s'abstenir* de sa Trilogie du Mal et de la saga Ludivine Vancker, mais ici il repousse les limites de l'entendement. C'est un réel bonheur, teinté d'angoisse, de découvrir un auteur qui manie les styles et les genres avec une telle facilité.

On suit des adolescents qui, au milieu d'étranges meurtres, découvrent un livre tout aussi étrange, qui semble liés aux événements qui se passent dans leur petite ville. Ils ne comprennent pas ce qu'il se passe, ce qu'ils ont potentiellement déclenché, et se retrouvent plonger dans cette aventure, ou mésaventure, bon gré, mal gré, et décident de mener l'enquête pour essayer de saisir l'insaisissable.

J'ai parfois eu l'impression d'être dans un mélange entre E.T et Stranger Things. Je l'avoue ça peut être détonant. J'ai pu voir que cela se rapprochait beaucoup de Stephen King, mais comme le seul roman que j'ai lu de lui était La ligne verte et que je n'ai pas été emballé plus que ça... je ne peux pas vraiment dire.

L'auteur d'ailleurs ne protège pas ces enfants. Combien de fois, j'ai pu murmurer à ces jeunes de ne pas aller où allaient, de ne pas faire ce qu'ils comptaient faire... comme devant n'importe quel film d'épouvante ! Je ne me considérais pas comme une personne sensible... je remets mon jugement en doute. Maxime Chattam ne prend pas de gants non plus.

Il prend des risques.  Le résultat ? Le roman ressemble à la "vraie vie": des personnages peureux qui montrent des prouesses de courage, des personnages courageux dont les résultats ne sont pas au rendez-vous, des personnages qui échouent, des personnages qui pleurent, qui montrent leur vulnérabilité, leur faiblesse, se relèvent, et persévèrent. Tous les protagonistes principaux sont intéressants et démontrent une réelle personnalité. Qu'est ce que je les ai aimés !

Les personnages secondaires et autres antagonistes ne sont pas en reste. Ils entrent en scène, disparaissent, reviennent. On ne sait pas trop à quoi s'attendre ! Et l'Ogre est tout bonnement effrayant.

Maxime Chattam nous fait nous questionner sur l'entendement que nous avons de notre monde, ce que nous en comprenons et nos limites. Finalement, la science n'est qu'une magie expliquée.

En bref, j'ai été époustouflée par la direction que prend l'auteur dans ce roman. Il l'avait très légèrement explorée dans ces autres thrillers sans l'exploiter à fond. C'est une véritable réussite. Thriller, ésotérisme, fantastique... le tout mêlés à une seule histoire.  Pour les fans des mélanges et du thriller.


Le ↗ : Il fait peur, questionne notre sens de la rationalité et c'est tout simplement jouissif

Le  : /



MA NOTE