lundi 12 novembre 2018

La Disparition de Stéphanie Mailer - Joël Dicker

La disparition de Stephanie Mailer - Joël Dicker

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l'Etat de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu'une passante, témoin des meurtres. L'enquête, confiée à la police d'Etat, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l'appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l'été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu'il s'est trompé de coupable à l'époque. Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses. Qu'est-il arrivé à Stephanie Mailer ? Qu'a-t-elle découvert ? Et surtout : que s'est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?




MON AVIS

La Disparition de Stéphanie Mailer s'était pour moi l'occasion de renouer avec Joël Dicker. J'avais adoré La Vérité sur l'affaire Harry Québert, même s'il n'allait pas au bout de ses idées, tout comme Les Derniers Jours de nos pères qui m'avait émue et remuée, Le Livre des Baltimore, m'avait laissée plus sceptique.

A sa quatrième de couverture, le pitch de départ rappelle La Vérité sur l'affaire Harry Québert : une petite ville balnéaire des Etats-Unis, un drame d'une autre génération, un mystère de notre époque qui fera resurgir la vérité. De quoi me plaire ! Et je ne fus pas déçue. J'ai retrouvé l'ambiance de L'affaire Harry Québert.

L'intrigue laisse la place au suspense, tout en alliant des personnages attachants. Je ne les ai pas trouvé caricaturaux comme j'ai pu le voir sur Livraddict. Le roman est bien construit et addictif, les pages s'enfilent de manière rapide. Il y a plein de fils directeurs qui rythment l'intrigue avec des ramifications bien différentes, qui vont certainement s'entrecoupé à un certain niveau, que ce soit au niveau de l'enquête ou personnel.

Mais j'ai trouvé qu'il y a avait trop de flashbacks sur le protagoniste principal. Cela sert à mieux le connaître mais ne sert pas forcément le sujet principal.

La conclusion m'a bien plu, contrairement à d'autre, bien qu'assez rapide sur la révélation de la fin. Je me suis sentie menée en bateau tout au long du roman. J'ai douté, puis j'ai été certaine de mes certitudes, puis j'ai douté, et certaine et douteuse... Une preuve de l'intrigue bien construite

Sur la forme, j'ai été gênée par les coquilles présentes... Je ne suis pourtant pas du genre à les voir mais là il y avait carrément des mots manquants ou en trop... apparemment il y avait même eu une erreur de nom sur la révélation de la fin dans un premier temps !

C'est un moment assez agréable que j'ai passé avec les personnages et j'ai aimé l'intrigue policière très familière mais qui globalement fonctionne. Je l'ai trouvé moins bon que La vérité sur l'affaire Harry Québert mais meilleur que Le Livre des Baltimore qui m'avait presque ennuyée.

En bref, pas un chef d'oeuvre mais un bon passe temps. Je maintiens qu'il faut lire Les derniers jours de nos pères et La vérité sur l'affaire Harry Québert


Le ↗ : Une trame similaire à son précédent best-seller

Le  : La facilité de thème, les coquilles



MA NOTE




dimanche 21 octobre 2018

Le Mystère Fulcanelli - Henri Loevenbruck


Un meurtre dans une vieille église de Séville.
Un assassinat dans une bibliothèque parisienne.
Un ancien manuscrit dérobé.
Et voilà que surgit de nouveau le nom du plus mystérieux alchimiste du XXème siècle: Fulcanelli!

Depuis près de cent ans, chercheurs et historiens tentent de découvrir qui se cachait derrière cet énigmatique pseudonyme.
En acceptant de mener l'enquête, Ari Mackenzie, ancien commandant des services secrets, fait une plongée vertigineuse dans les milieux ésotéristes du siècle dernier. Parviendra-t-il à dénouer la plus étonnante intrigue de l'histoire de l'alchimie ?





MON AVIS

Je suis une personne comme ça oui: je commence une trilogie par la fin. Oui, oui ! Il s'agit bien du dernier volume de la saga Ari Mackenzie. Et cela ne m'a absolument pas dérangé ! J'ai bien sûr vite compris qu'il me manquait quelques pièces du puzzle pour vraiment appréhender les relations interpersonnelles entre les personnages mais rien de bien grave pour la bonne compréhension de l'histoire ;)

Je vais commencer par la trame de fond: un meurtre, puis deux meurtres et un mystère qui remonte à près d'un siècle. Qui sont les meurtriers qui ont tué en la France et l'Espagne ? Quel est le rapport avec le célèbre écrivain Fulcanelli, écrivain ésotérique et mystérieux. Telle une chasse au trésor, on se lance dans enquête effrénée et documentée, aux côtés d'anciens flics, pour résoudre ces deux mystères.

Une de mes parties préférées concerne toute la partie explicative de recherches et de déductions sur Fulcanelli et qui se cache réellement sous se pseudo ? Les dossiers prennent un peu de place, coupant le rythme, mais sont très riches et raviront les personnes les plus intéressées. On sent que l'auteur a bossé son sujet à fond et offre ses propres conclusions à son lecteur: un très beau cadeau.

Sinon j'ai trouvé le rythme globalement lent et long. Dans l'ensemble, l'histoire prend du temps pour s'installer. L'action peut parfois un peu tarder, au profit de la mise en place des éléments et des faits historiques.

Bon par contre, la résolution est ultra rapide et tombe comme un cheveu sur la soupe. C'était quasi impossible à deviner. Du coup, j'ai plutôt été déçue par cette fin.

En bref, un thriller sympathique, qui devient réellement passionnant si l'on s'intéresse et souhaite en savoir plus sur l'ésotérisme et plus particulièrement l'ésotérisme moderne. Je lirai les précédents tome à l'occasion.



Le ↗ : L'intrigue historique est captivante...

Le  : ... mais peut casser le rythme et déranger le bon déroulement du roman



MA NOTE



Dans la même série
[Ari Mackenzie] Le rasoir d'Ockham
[Ari Mackenzie] Les cathédrales du vide
[Ari Mackenzie] Le mystère Fulcanelli


samedi 6 octobre 2018

[Saga Adamsberg] L'Homme à l'envers - Fred Vargas





Réintroduire des loups dans le Mercantour, c’était une belle idée. Évidemment, on n’a pas tenu compte de l’opinion des bergers et, quelques mois plus tard, la révolte gronde. Mais est-ce bien un loup qui tue les brebis autour de Saint-Victor ? Les superstitions resurgissent, un bruit se propage : ce n’est pas une bête, c’est un homme, un loup-garou. Lorsque Suzanne est retrouvée égorgée, la rumeur devient certitude : les loups n’agressent pas les hommes. À Paris, devant sa télé, le commissaire Adamsberg guette les nouvelles de la Bête du Mercantour, d’autant plus intrigué qu’il a cru reconnaître Camille sur la place de Saint-Victor...




MON AVIS

En ce moment, fleurissent de tout côté des boîtes à lire, des espaces de lecture etc. tout pour ravir le petit cœur fragile des lecteurs. C'est comme ça que j'ai découvert la bibliothèque participative de ma salle de sport dans lequel on trouve une belle sélection. D'où ma découverte de L'Homme à l'envers de Fred Vargas.

Je connaissais Fred Vargas de loin sans n'avoir jamais rien lu de cette autrice française pourtant réputée. Et hop, je me suis lancée ! 

Un peu perdue au début par rapport à certains personnages qui semblaient se connaître, c'est seulement à la fin que je me suis rendue compte qu'il s'agissait d'un 2nd tome *xD* Mais cela ne gêne pas du tout la compréhension de l'intrigue et de l'histoire.

L'intrigue se fonde sur le mythe du loup-garou - à vous de découvrir comme l'homme à l'envers est lié au loup-garou ;) Le loup est réellement intégré à l'histoire et reprend la place mystique et mythique que nos ancêtres lui conférait : le grand méchant de loup est de retour. Ayez peur et restez bien à l'abri dans vos maisons de briques. C'est un ressort parfait pour une intrigue policière.

Le rythme quant à lui est plutôt lent et mou. Une représentation parfaite de la chaleur et de la torpeur qui se sont abattues dans le Sud de la France pendant la saison meurtrière. Cela ne m'a pas trop dérangée tant l'intrigue est bien menée. Fred Vargas nous tient en haleine et nous mène en bateau. Je ne savais pas où elle voulait m'emmener avant d'arriver aux derniers chapitres.

Le commissaire Adamsberg est pour moi une découverte. Un personnage en or que j'avais envie de chouchouter et surtout de rencontrer pour le comprendre et percer le mystère autour de lui. Le Veilleux est également un personnage incontournable de ce roman, sans lui, pas d'histoire !

Malgré tout cela, je ne me suis pas sentie plus emballée que ça par l'histoire globale, mais je n'arrive pas vraiment à mettre le doigt dessus. Il s'agit plutôt de tous les petits détails accumulés qui font que j'en ressors avec un avis mitigé. Plus la non-addiction ressentie. Ça joue beaucoup !

Des critiques que j'ai pu lire jusqu'à maintenant, il en ressort que ce n'est pas le meilleur de l'autrice, cela me donne envie de découvrir d'autres romans de Fred Vargas. Dans tous les cas, une histoire agréable que je suis heureuse d'avoir pu découvrir. Les boîtes à lire sont de bonnes occasions pour découvrir de nouveaux romans :)


Le  : La mythologie qui crée l'intrigue

Le  : Le rythme lent reproduisant la torpeur de l'été



MA NOTE



Dans la même série
[Adamsberg] L'homme aux cercles bleus
[Adamsberg] L'homme à l'envers
[Adamsberg] Pars vite et reviens tard
[Adamsberg] Sous les vents de Neptune
[Adamsberg] Dans les bois éternels
[Adamsberg] Un lieu incertain
[Adamsberg] L'Armée furieuse
[Adamsberg] Temps glaciaires
[Adamsberg] Quand sort la recluse
[Adamsberg] Coule la Seine

dimanche 30 septembre 2018

Bilan TV Septembre

Mon RDV du mois: le bilan Séries/Films de mon mois de Septembre 





SÉRIES

Lovesick - saison 3 - 

Cette dernière saison est légère et sympathique. J'ai retrouvé avec plaisir nos joyeux larrons. Petite pensée pour Angus qui est mon nouveau chouchou



Bull - Saison 1 & 2 - 
Une série à mi-chemin entre policier et judiciaire, qui aura contenté mon cerveau quelques temps. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Michael Weatherly n'est pas à son meilleur niveau mais cela fait plaisir de le revoir



The Good Doctor - Saison 1 - 
Aah The Good Doctor, mon cœur d'artichaut aura facilement succombé à ce jeune homme dont le rêve d'être chirurgien, mais atteint d'autisme pourrait ne jamais se réaliser. Freddie Highmore y est tout simplement magistral. Antonia Thomas que j'avais adoré dans Misfits et qui joue également dans Lovesick y est présente et j'adore !




Et vous, quelles séries avez-vous découvertes récemment ? Quels sont les derniers épisodes que vous avez-vus ?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


FILMS


toute première fois le garçon et la bête lucky luke ch'tite famille
tamara un peu, beaucoup, aveuglément blanche gardin ma vie zéro déchet A tous les garçons que j'ai aimés Sierra Burgess is a looser
(Pour en savoir plus, clique sur les images)

Secrets d'Histoire : Mary Stuart ★★★ - Une approche intéressante et intrigante d'une femme passionnée, prête à tout pour son royaume. De quoi me donner envie de lire Mary Stuart de Stefan Zweig ou me laisser tenter par une approche moins académique avec la série TV Reign ?
Toute première fois ★★★ - Une comédie française sympathique d'un homme homosexuel qui fait son coming-out hétérosexuel
Le garçon et la bête ❤ - Un petit bijoux que j'ai eu la chance de voir à la TV. J'ai ri et j'ai pleuré, c'est une pépite qu'il me tarde de lire en manga
Secrets d'Histoire : Néfertiti ★★★★ - Ah l'Egypte, terre de mystère et de sensualité, les pharaons m'ont toujours intriguée et la Reine Néfertiti ne fait pas l'exception
Lucky Luke ★★ - Adapté de la BD éponyme, le film ne m'a pas laissé un souvenir impérissable
Secrets d'Histoire : la Reine Margot ★★★ - Je poursuis ma lancée des Secrets d'Histoire, la Reine Margot est une femme passionnée et belle, qui m'intrigue depuis mes vacances en Auvergne, (elle y a été enfermée dans un château pendant 20 ans), mais celui-ci m'a semblé moins fourni et moins documenté, pour laisse plus de place à la vie à cette époque
La Ch'tite Famille ★★ - Un début très et trop long, qui s'oublie un peu une fois que le personnage de Dany Boon perd la mémoire
Tamara ★★★ - Sympas et drôle, mais Tamara me paraissait moins chiante dans la BD ^^ 
Un peu, beaucoup, aveuglément ★★- Un bon moment mais sans plus pour moi qui ai adoré la série animée et le premier film
Blanche Gardin ★★★★ C'est drôle, frais et parfois purement ignoble mais jouissif. J'ai tellement rigolé avec ce One woman show
Ma vie zéro déchet ★★★★ Très très intéressant ! Il nous reste un long chemin à parcourir avant de réduire durablement notre impact écologique
A tous les garçons que j'ai aimés ★★★★★ C'est mignon et tout doux. Je me suis un peu reconnue en Lara Jean. Il sera aussi parfait pour la période de Noël ! Je vais peut-être commencer la série du coup
Sierra Burgess is a looser ★★★ Dans la même veine, il est pas mal :)


En avez-vous vu certains ? 
* c'est possible, il n'y a rien de très inconnu dans cette sélection ;) * 


[Ludivine Vancker] La Conjuration Primitive - Maxime Chattam




Et si seul le mal pouvait combattre le mal ?

Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme...  Les meurtres qu'ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signaure commune - *e - qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ?

Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d'abord en France, puis à travers l'Europe tout entière. La prédation à l'état brut. Une compétition dans l'horreur...

Pour tenter d'enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre: une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.






MON AVIS


J'ai retrouvé avec plaisir le style si propre à l'auteur. Un mélange de réflexion psychopathologique, prenante et captivante faisant froid dans le dos, et emprunt en même temps de mysticisme.


Comme je l'ai dit, on suit une intrigue jalonnée de mysticisme démoniaque, d'horreur et de macabre. Un tableau que Maxime Chattam connaît bien, qu'il manie avec brio et talent. Il manie d'une main de maître les retournements de situation, les révélations, jouant avec nous et contre nous, et qui m'a rappelé pour plus d'une raison ce que j'avais tant aimé dans L'âme du Mal. Sans pour autant avoir une impression de déjà vu. Je dirais qu'il s'agit plutôt d'une impression de reconnaissance d'un mécanisme que l'on retrouve avec plaisir et qui fonctionne bien.

Si le mécanisme est familier, car propre à Maxime Chattam, il faut parler de l'intrigue en elle-même qui est juste Wahouuu ! Comment dire ? On suit les enquêteurs, les personnages principaux, les relations qui se nouent entre eux, on suit leurs états d'âme, le quotidien de ces gens qui vivent ce genre de situation, pas de manière quotidienne, mais qui sont confrontés à autant de violence régulièrement. On les suit tout en conservant une certaine pudeur qui nous permet de nous attacher à eux, de s'identifier et de les aimer.

On est loin de cette image de "super-cop" sans peur et tout en héroïsme habitués aux confrontations macabres, que l'on retrouve souvent. Coucou les séries américaines !


D'ailleurs Maxime Chattam ne leur refuse rien et leur font vivre beaucoup. Il ne ménage ni ses protagonistes ni ses lecteurs, n'hésitant pas à aller au bout de ses idées et de ses actes. Il n'y a pas de demies mesures. Ce qui renforce le réalisme de l'histoire.

Au fur et à mesure, l'intrigue s'épaissit, et à l'horreur de la gendarmerie et du lecteur, le mystère se compliquent, les meurtres prennent une nouvelle dimension.


Là où je l'ai également trouvé très bon, c'est qu'il mêle ce soupçon d'histoire avec un grand H qui vient parfaitement se fondre dans la trame policière et ancrant le roman dans le réel.

Il nous offre une fin qui se déroule vite mais en une apothéose époustouflante que je n'avais vraiment pas vu venir, mais dont en toute honnêteté m'a semblé logique, et qui m'a d'autant plus ravi par ses révélations.


Maxime Chattam possède un sens du détail et de la précision, "ce-je-ne-sais-quoi", un détail par-ci par-là, qui rend le livre tout de suite plus crédible.



Ex: Bouygues et les opérateurs de téléphonie mobile, je ne révèle rien de plus, à vous de découvrir ce petit détail qui tue ;)




Le  : Un thriller mystique qui révèle le talent de Maxime Chattam pour une intrigue entraînante et prenante

Le  : /



MA NOTE

 


Dans la même série
[Ludivine Vancker] La conjuration primitive
[Ludivine Vancker] La patience du diable
[Ludivine Vancker] L'appel du néant