samedi 5 janvier 2019

[Martin Servaz] Nuit - Bernard Minier




Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne Cde la base off-shore. 
Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. 
L'absent s'appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié. 
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant. 
Au dos, juste un prénom : GUSTAV
Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.



MON AVIS

Cette enquête de Martin Servaz représentait pour moi l'affrontement final entre Martin Servaz et Julian Hirtman. Qui du chien de berger ou loup sanguinaire va l'emporter ?

Je voudrais déjà commencer par la couverture de Nuit de Bernard Minier. Admirez moi la beauté de cette image qui représente tellement bien le côté sombre de l'intrigue, l'aspect oppressant des ombres et le danger qui entoure les protagonistes. Je ne sais pas vous, mais j'ai toujours l'impression de voir le sourire du chat du Cheschire dans l'éclairage froid des phares de voiture. A frissonner.

L'intrigue de base, le retour de Julian Hirtman, est addictif. Adversaire retord, qui possède toujours 3 ou 5 coups d'avance, je me suis demandée ce qu'il réservait à ce pauvre Martin qui en a déjà bien bavé. 

L'arrivée étrange de Kirsten donne aussi le ton: ce roman sera dur et violent. Elle souffle aussi un vent de renouveau. Un nouveau personnage féminin, très différent d'Irène ou de Samira, venant d'un pays d'ailleurs, et surtout très difficile à cerner malgré les passages de son point de vue.

L'histoire est addictive: c'est un véritable page turner. J'ai dévoré ce roman de 600 pages en deux soirées seulement, sans rien sacrifier de mon sommeil. Chaque chapitre apporte son lot de surprises. Des choses que l'on attendait ne se produisent pas et d'autres se produisent.

Le seul bémol, c'est que certains ressorts ont déjà été utilisés et j'ai eu cette impression de déjà vu plusieurs fois dans le roman, ce qui était vraiment regrettable. *je lis peut-être trop de romans policiers et thriller* Cela a un peu gâché ma lecture et je le regrette... l'impression globale de ma lecture en a un peu pâti et j'ai préféré ces romans précédents

Par contre, le mystère est toujours aussi tordu, fort et complexe. L'oppression de la montagne et de la traque d'un serial killer est parfaitement retranscrite. J'adore.

La fin est un peu plus en demie teinte... J'aurais aimé en savoir encore plus sur certains personnages récurrents ou non. J'ai eu un sentiment de déception que je ne pourrais pas plus décrire mais qui vient sans doute des éléments que j'ai pu citer avant.

En bref, une fin correcte pour Martin Servaz et Julian Hirtman, même s'il me semble que Bernard Minier poursuit l'histoire de son enquêteur favori avec d'autres romans.


Le  : Une intrigue bien ficelée et le développement des personnages

Le  : Peut-être un peu long par moment


MA NOTE



Dans la même série
[Martin Servaz] Glacé
[Martin Servaz] Le Cercle
[Martin Servaz] N'éteins pas la lumière
[Martin Servaz] Nuit
[Martin Servaz] Soeurs

Aucun commentaire:

Publier un commentaire